Les chiffres doivent être analysés en détails.

Un chiffre d’affaires élevé ne laissera pas forcément un résultat suffisant si les charges sont très lourdes.

Ne vous focalisez pas uniquement sur le chiffre d’affaires.

On peut gagner correctement sa vie avec un CA modéré. Par exemple, certains franchisés, dans le domaine du courtage de crédit vivent bien avec un CA de 200 000 € annuels. La raisons est simple : ils ont très peu de charges. Juste un bureau avec un loyer de 1 000 à 1 500 €, un secrétariat et des frais de publicité. Ils peuvent alors se rémunérer correctement avec une prise de risque limitée.

A l’inverse, les franchises de locations de voitures ont des charges lourdes. Dans ce contexte un chiffre élevé n’est pas forcément synonyme de rentabilité élevée. De même, dans la distribution alimentaire les marges sont tellement serrées qu’il faut être prudent. Une excellente gestion s’impose pour avoir une activité rentable. Plusieurs grandes surfaces ont été condamnées dans le passé pour avoir transmis des chiffres surévalués.

Prenez garde aux charges !

 Pour la même raison, Maître Ben Soussen conseille d’éviter les implantations dans les centres commerciaux. « Quand les franchiseurs donnent des chiffres prévisionnels pour un centre commercial, explique-telle, ils récupèrent les chiffres de fréquentation de la grande surface, Carrefour, Auchan, ou autre, et ils extrapolent un nombre de clients futurs pour le magasin franchisé.en déduisent ce que le magasin situé dans la même galerie pourra récupérer comme passage de clients. En réalité la méthode de calcul est très théorique, et ce n’est pas parce qu’une grande surface draine des milliers de gens, que le commerce à l’autre bout de la galerie va réellement capter une clientèle. »

Autre difficulté : les charges élevées liées à l’amplitude horaire des centres, souvent ouverts de 10 h à 22 h et cela 12 mois sur 12 : « Il faut alors un certain nombre de salariés, explique Maître Bensoussen, et cela coûte cher. J’ai eu beaucoup de clients qui ont eu des graves problèmes financiers dans les centres commerciaux. Mieux vaut trouver un emplacement plus modeste, mais moins coûteux et avec moins d’obligations. »